Article mis en avant

Imagine-erre

Une fascinante vieille dame âgée de plus de quatre cents ans t’accueille entre ses pierres. Elle fleure bon la rose, le jasmin et … la bohême !

Elle parle et toute splendeur invisible aime à se perdre entre ses mots …

Mais j’entends comme des rires d’enfants, là-bas, vers l’arbre à paroles, près de la cabane des p’tits loups ….

Cachez vite la malle aux trésors !

Et du côté du « jarre-daim d’enfants  » … ça rit encore !

Mais on rêve aussi, beaucoup …

Au marais à grenouilles, le couchant est toujours superbe …

Et l’arbre aux yeux de chouette fait les yeux doux !

Il est temps de regagner nos chambres nomades, en empruntant un incroyable sentier passant …

vers une rue-aile

le mur des poètes, le petit jardin des peintres et le mur aux mots doux

Des parfums d’errance …

un arbre à sons à nourrir

Et si tes paupières commencent à se fermer doucement, après la guitare ce sera à gauche ou en face, selon le nid choisi …

Déjà le matin …. Le café embaume l’air comme une terre humide de forêt.

Le soir venu, c’est encore ici que la menthe toute fraîchement cueillie

se fera infuser pour toi …

Et comme ici tout « est » et « se vit » selon, le petit déjeuner peut encore se prendre sous le préau, dans la pièce à vivre, près d’un bon feu l’hiver …

ou dehors, les pieds sur l’herbe , sur le sable ou frétillant de rêves de rivière sur les cailloux … Entre temps (et TANT) , tu auras peut-être réussi à inviter Monet !

Et si, histoire de choyer tous tes sens, tu allais prendre une petite douche à l’énergie solaire, au milieu du lierre sauvage, les yeux constellés des rires de la peupleraie, en compagnie du papillon et du petit lézard !

Et peut-être, selon l’aura du jour, auras-tu la chance de rencontrer

l’aigrette sur le rempart …

Ohé l’aigrette, connais-tu notre … hippochante ?

Mais, dis-moi l’hippochante, ne serais-tu pas entrain d’offrir un baiser à notre

héron au loin ? Nous voilà témoins ravis et spectateurs tendrement amusés d’une … étrange scène d’amour !

« Eh bien non ! » nous répondent la rose émue, la vieille chaise aux fleurs et le vent étourdi … »Ce sont nous les tout premiers témoins enchantés !!! »

A vos … antres-unisson !!!

P’tit bémol : L’autre hôte, sans qui la maison d’art et d’autres n’existerait qu’à moitié, a joué de toutes les plus mignonnes ruses pour ne pas figurer sur la photo ….!!!

Mais c’était omettre les trésors d’images de ma musette !

Je vous offre donc ici le privilège de le découvrir dans toute sa poésie également …

Et, depuis, est-ce d’avoir beaucoup murmuré aux oreilles des oiseaux … Il p’ose !!!

A bientôt, pour d’autres histoires !!!

En attendant, je t’invite à venir t’imprégner « plaine-aimant » de l’ambiance, aux encens de fête et de fraternité … C’est juste quelques pas plus bas !

Châle-heureuse-aimant : SAB-Lyse

Il était une fois des gens heureux …

Que furent ces « Autres » qui, poussés par un candide élan ou simplement le hasard, ont franchi le seuil de notre Maison d’art et d’autres en 2020 …. Année que j’avais baptisée à sa naissance « Deux mille vins à vent-d’ange-haie … Deux mille vains à re-fleurs-rires, à re-d’or-haie … » ! Je ne croyais pas si bien dire alors …

Ils tissèrent, chacun selon leur art, la trame d’un conte enchanté qui fit éclore des jardins de rêve entre ses silences, des cascades entre ses pierres, des caresses entre ses mots … Du fond de l’âme, la vieille dame de quatre cents ans bien sonnés en resplendit !

Car de ces « Autres », avec cet « A » comme Amour, en lettre majuscule qui leur va si bien, elle s’en souvient comme l’on peut pleurer de joie sur une inoubliable envolée d’oiseaux …

Parmi eux, il y eut des corsaires, les yeux naturellement gorgés de trésors, des marcheurs semeurs d’étoiles, des êtres généreux, des mélanges de racines et de cultures, chef d’oeuvre de grâce et d’esprit, des parents au regard d’enfant et des enfants que l’authenticité grandit, des cigognes venues partager leurs voyages, des crayons en souffles d’ailes, et des histoires encore plus belles que celles de Victor Hugo

Il y eut des soirées féeriques …

Parmi les fleurs, les chevaux et les empreintes d’errante mystérieuse,

se cachait un fantôme touareg qui, désormais, fait partie de nos murs !

La Maison d’art et d’autres s’honorera de la présence du Petit Prince qui ne semble pas non plus vouloir quitter nos murs

Ah ces frangines , bien espiègles lorsqu’elles se retrouvent ! Je vais finir par regagner mon désert moi !!!
Le Petit Prince .
Finalement non … Je suis trop bien ici !

A l’orée des émotions palpitantes, nous eûmes un cadeau complètement inattendu …

En guise de mots sur un de nos livres d’or, Marc et Hélène nous interprétèrent des chants de leur fabuleuse voix dont un, superbe, d’Haris Alexiou « Pame mia volta sto fengari » ou « Laisse au loin ton chagrin, allons faire un tour au clair de lune … »

Cet instant fut infiniment touchant …

C’est une de nos voyageuses, Fabienne, qui eut la bonté de l’immortaliser en photo … Nous l’en remercions immensément aujourd’hui !

Quant à nous, nous écoutions avec elle, statufiés, face aux pierres de notre demeure …Notre jasmin en frétillait d’extase !

Chaque matin, elle avait pour rituel de recueillir dans ses mains quelques gorgées de soleil, remerciant la terre, le ciel, pour ce qu’ils allaient lui apporter et lui avaient déjà offert …

Et j’aimais la voir méditer comme … dans un foetus végétal !

Puis, elle écrivait ou dessinait, guidée par la beauté des choses, pour tout semer ensuite aux quatre coins de notre chaumière, à la façon d’un … Petit Poucet !

D’où ce nouveau nom de légende dont nous l’avons baptisée, qu’elle a gardé aujourd’hui et qui illumine chacun de nos échanges …

Ils sont délicieux, vous en voulez ? C’est offert par notre fille cadette « Lola » !

Pour les savourer, je vous invite à venir vous asseoir sur cette jolie marche en mosaïque, conçue de ses mains, en compagnie d’un de ses personnages, également fabriqué de ses mains …

Magistral merci à Lola pour sa pleine consécration joyeuse et solidaire … Elle fut un doux rayon de soleil !

Ils se sont retournés et, à leur façon de le faire, je lisais une sorte de nostalgie enjouée qui semblait ne jamais vouloir s’évaporer …

Elle resterait quelque part, dans l’air, pour en rejoindre d’autres et former une ronde infinie, éternelle …

Ne vous inquiétez pas, chers voyageurs, le chemin du Bouil se souviendra …

De votre présence, vous l’avez étoilé !!!

En fin de saison , j’écrivais « Il est l’heure pour Lola de fermer ces petits carnets à dessins qu’elle offrait en expo, l’heure pour moi de fermer le cahier des rendez-vous inattendus … »

(Non Nadine, ne pleure pas à nouveau …Vous reviendrez !)

Il nous reste mille et un présents laissés, des sourires de lune, des éclats de rire, des histoires, des baisers …

Merci Nat, Marilou … et tous les autres !

A votre santé Christian, Anne et Claire !

Nous avons fini ce bon bordeaux en pensant à vous, un petit pincement au coeur … Merci !

Depuis notre fermeture, l’heure a été aux multiples travaux et activités de réorganisation, d’innovation, de créativité et de ressourcement, afin de continuer à faire de l’échange la substance essentielle de notre Maison d’art et d’autres …

D’avoir écrit ces lignes, contemplé ces images, m’a curieusement rappelé les temps bénis où je composais mes récits de Compostelle, revivant tout, jusqu’à la moindre note, à chaque mot déposé …

Il y a eu tant et tant d’instants prestigieux à vos côtés que je ne puis tout conter ici en quelques pages mais ils auront sublimé nos souvenirs, s’inscrivant dans le livre d’or de nos pensées !

Je vous invite à présent à regagner la colonne de droite , à la rubrique « Les avis des voyageurs » afin d’y découvrir des ressentis mais encore de nouvelles effluves …

Et je devine déjà où vous trouver ! Sous notre douche solaire, rêvant de soleil, un petit lézard à vos pieds, un papillon sur l’épaule, bercés par le feuillage des peupliers …

Enfin (s’il y en a un !), pour celles et ceux qui ne seraient pas encore allés partager notre belle « soirée poésie » du 14 juillet, aux côtés d’un pèlerin épris de chants-d’ailes et de mots aériens, il vous suffit de cliquer sur la bannière pour revenir à l’accueil, et d’aller lire le billet intitulé

« Sacré 14 juillet ».

Châle-heureuse-aimant, je vous aime : Sabine/SAB-Lyse

Ps : Si vous souhaitez avoir des photos en souvenir, n’hésitez pas à me le demander. C’est avec un plaisir gigantesque que je vous les enverrai par mail.

Sacré 14 juillet !

J’entendis comme un feu d’artifice, des éclats venus d’un coeur étincelant et, m’approchant de cette sublime symphonie silencieuse, le vis arriver !

Je n’avais rien oublié du rituel pèlerin qui fut durant tant d’années le nôtre, sur les divers chemins de Compostelle et de vie …

Thierry, notre « jacquet » du 14 juillet mais également le premier à franchir notre seuil, allait tout d’abord ôter sac et chaussures, inéluctable geste de bien-être suprême qui vient à tout pèlerin à l’arrivée de son étape

Puis, déposant à « travers chants » toute sa fatigue heureuse, il prendrait le grand verre d’eau fraîche offert avec amour, rêvant déjà de pouvoir se délecter le corps, sens inénarrablement béats, sous la douche devenue pour un temps reine des cascades enchanteresses …

Thierry était là, comme on peut l’être ample-aimant lorsque les racines de la terre grimpent en nous en roses sauvages et folles jusqu’aux pensées, véritables grâces des chemins … Et je songeais alors, non sans une himalayenne joie intérieure, à ce carnet sacré qu’il me tendrait, dans quelques minutes, d’une main encore fébrile d’harassement mais toujours puisé dans le sac de mémoire sûre, presque infaillible : la créanciale !

J’entends encore, en la tamponnant, le coeur de la « Maison d’art et d’autres » battre la chamade … chamane !

La créanciale, c’est toute une part des anges qui viennent, tour à tour, apposer secrètement leur signature et, pour le pèlerin, autant de carrés d’étoiles sertis dans la chair de ses souvenirs … !!!

Et déjà, tout appelle à la sieste pour ce pèlerin aux paupières florissantes de soleil …

Je me souviens de ces divines sensations qui nous prennent de la plante des pieds à la cime des cheveux ; la balade vers Morphée dure souvent ce qu’a duré le plaisir des obstacles franchis, avec ce goût de satiété, qui la rend dorée à l’or fin des astres innombrables rencontrés … Un instant de repos qui se satisfera de tout, tel un cheval repu de traversées fantastiques qui n’est plus regardant à l’aspect de la paille. La pierre devient comme née d’une main de mousse et le bois d’un hululement de feuillage. Quand tout nous endort à ce point, c’est du ciel doux qui coule dans notre gorge, l’air tout entier fait frétiller notre langue du souffle des papillons …

Je viens de reprendre, en rêve, le chemin … Pardonnez-moi !

Pardonnez-moi car il n’est pas question de s’arrêter trop en chemin, lorsque se profile à l’horizon flamboyant une soirée somptueusement inoubliable … Poésie quand tu nous tiens !!!

En équilibriste non averti sur mon « fil du tant », notre pèlerin n’a éprouvé aucune peine à se fondre aussitôt aux veines de l’invisible …

Poètes de « l’effet-mère » que nous sommes l’un et l’autre, nous poursuivrons l’instant chemin par des caresses sonores ; l’un contant la poésie de l’autre et l’autre assemblant les fées de l’air de sa poésie de lin et ce jusqu’au dernier soupir de la soirée … Mais il n’y en a pas eu et, à ce jour, la magie joue encore et ancre-or !

Poésie, magicienne du TANT tu es et resteras !!!

Patrick, fascinant penseur de rôde-in, écoute et … panse !

Il repartira le lendemain, lande-main, notre pèlerin-poète, nourri de tout l’improbable des cieux, nous laissant son empreinte de sage passionné (pur pléonasme d’ailleurs !) en un poème de son cru aux effluves grandioses qui encensent aujourd’hui nos murs …

Il repart, sans repartir vraiment, aux côtés d’un nouveau compagnon de fortune qu’il n’avait pas en arrivant « le charitable bâton du berger des étoiles », offert par le … fascinant panseur et pieux spectateur !!!

A bientôt Thierry, tous les chemins de merveilles se rejoignent, et magistral-aimant MERCI !

SAB-Lyse

PS : A suivre, d’ici quelques temps, libres et audacieux, les attendrissantes, inspirantes, éblouissantes aventures de la Maison d’art et d’autres …

Insolite voyageuse …

Sereinement blottie contre un coin de notre fenêtre, se servant du rebord comme sente possible vers un début d’amitié ou une brève et exquise fusion de nos songes réciproques, que sais-je … J’ai trouvé cette jolie huppe fasciée en ouvrant mes paupières !

Fut-elle, sous le sein de notre chaumière, voyageuse d’une nuit ou d’un matin, s’allaitant de rien ou, au contraire, de toute la sève du lieu ?

Avons-nous cueilli ensemble des secrets d’étoiles inédits qui nous seront dévoilés plus tard ?

Hypnos a-t-il précisément souhaité nous unir sous la même branche de pavot ? Et pour quelle raison divine ?

Nous n’avons bien évidemment aucune réponse à ce chapelet d’interrogations, cet instant ne restera présent délicieux qu’à travers la magie et le mystère qu’il nous a offerts !

Lorsqu’elle m’aperçut, son petit oeil rond s’exalta en lueurs malicieuses puis, me voyant la photographier, elle ouvrit tout grand son bec …

Je restai subjuguée et ne m’octroyai le plaisir que d’un cliché ou deux tout au plus, réalisés à tâtons, dans un silence de velours, guidés par un grand sentiment de douceur et de respect …

« Nous reverrons-nous par la fenêtre, bel oiseau … ? »

Je n’espère rien d’autre qu’un « peut-être », le prestige du temps fera le reste !!!

SAB-Lyse

Ce fer-vent hiver …

Entre pain d’haie-peace et feu de joie, l’hiver à la Maison d’art et d’autres prit le chemin des fileuses de l’AIME,

aux côtés de ses voyageurs, tendres complices, pures substances d’art suprême : celui du coeur …

Et, quels que soient les événements à venir, la belle saison ne sera jamais vide car tant emplie intérieurement de tous ces instants de grâce !

Sabine/SAB-Lyse

A l’heure de l’espérance …

Serait-ce l’or du ciel qui coule à nos fenêtres, et un peu des pleurs du monde aura-t-il pu venir se sécher à leurs flambées de lumière ?

Le 25 mars 2020, à l’heure où tous les clochers de France sonnaient pour nos malades, nos soignants et nos chercheurs, la Maison d’art et d’autres se joignait en pensées et prières à leur hymne d’espérance …

SAB-Lyse

ô combien ce fut déjà bôôôOOO !

Ils nous ont étreints dans leurs bras, fait rire, émus aussi parfois , mais …ô combien tout fut fluide et merveilleux à leurs côtés !

Nos voyageurs nous ont laissé leurs empreintes sacrées sur nos murs, nos cahiers, nos coeurs …

Voyez comme le « petit jardin des peintres » a bien fleuri !!!

Comme sur les chemins, nous nous souvenons des moindres lueurs d’instants ; les regards, les visages, les paroles, les brassées de tendresse et silences poètes …

Le palier musical résonne encore de la gigue improvisée des enfants irlandais, les hamacs ont conservé toute la langueur des songes …

Et nos vieux sages aussi se souviennent, « sacs à pensées » bondés !

Pascale avait irrésistiblement envie ce matin-là d’emporter quelques mirabelles mais … il se mit à pleuvoir des cordes !

Alors, j’eus l’idée de sortir mon grand poncho des chemins et de la déguiser en « petit chaperon rouge  » …

Il planait prodigieusement dans l’air un rien d’ambiance

« compost-ailes » !!!

Nous adressons un merci tout particulier au coq pour avoir enchanté nos petits-déjeuners et un, non moins inspiré, aux chouettes qui ont sublimé nos soirées …

Et un immense merci également à Xavier pour sa sauce beurre/mirabelles/miel ….Sur nos grillades, ce fut purement délice-cieux !

Rien n’est encore terminé, l’aventure commence à peine. Nous ignorons tout des prochains bonheurs que notre porte aux auras de jasmin laissera entrer mais la saison d’été fut déjà extraordinairement porteuse d’amour et belle à souhait … Merci !!!

Histoire d’en humer un peu plus encore, nous vous donnons rendez-vous

ICI

sous un autre arbre à paroles !

Notre maison d’art et d’autres me donne envie d’écrire ceci aujourd’hui :

« Plus j’avance dans ma mission d’accueil au coeur de notre chaumière et plus je crois et fais confiance en l’Humanité … » SAB-Lyse

A bientôt pour d’autres sourires et d’autres …effluves !